Dégradation de la situation au Sahel

Le 09 décembre 2019, nous pouvons lire dans un article de France 24 que dépassés par la dégradation de la sécurité au Sahel, les Etats qui composent la région, ont appelé l’ONU à intervenir de manière offensive face aux groupes terroristes. Reste à savoir si la constitution d’une force armée onusienne anti-terroriste peut-être envisagée par l’ONU.


Pour mieux comprendre la situation actuelle nous allons revenir sur les caractéristiques de cette zone, la crise qui la mine, les acteurs qui y sont présents et les solutions qui y ont été appliquées.


Une région touchée par une crise sécuritaire


Le mot sahel vient de l'arabe et signifie rivage. La zone sahélienne, dont il est ici question s’étend du sud de la Mauritanie au Tchad, en incluant le nord du Sénégal, le Mali, Le Burkina Faso, et le Niger.


Source : L.Rasidimanana, créée sur Mapchart le 13/12/2019


Depuis plus d’une dizaine d’années, les pays de la zone sahélienne sont confrontés à des défis sécuritaires majeurs tels que le terrorisme, la criminalité organisée ou encore les conflits sécuritaires. Bien que cette région soit marquée par le terrorisme certains pays sont épargnés : le Sénégal n’a jamais connu ce phénomène sur son territoire, la Mauritanie n’en connaît plus depuis 2011.


Le Mali, le Burkina Faso ou encore le Niger, quant à eux, sont régulièrement victimes d’attaques. Ainsi, ces derniers mois, les attaques contre plusieurs bases militaires et des populations au Mali ou au Burkina Faso se sont multipliées. La plus meurtrière, début novembre, a fait plus de 50 morts dans les rangs maliens. Ce 10 décembre, le Niger a connu une attaque qui a fait 71 morts au sein d’une base militaire d’Inates.


Les principaux acteurs


  • Les groupes terroristes :

- Al-Qaïda au Maghreb islamique

- Al-Mourabitoune

- Boko Haram

- Etat islamique


  • Le G5 :

Le G5 Sahel ou « G5S » est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, créé en février 2014 par cinq États du Sahel : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. Il apparaît comme le pendant politique et économique sahélien de l’opération militaire française Barkhane.


  • La France

La France est un acteur majeur dans la région. En effet, à l’aide de l’armée estonienne et britannique, elle y agit au travers de l'opération Barkhane qui est une opération militaire menée au Sahel qui vise à lutter contre les groupes armés djihadistes dans toute la région du Sahel. Lancée le 1er août 2014, elle prend la suite des opérations Serval et Epervier. Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une stratégie des forces pré positionnées dans la région, en partenariat avec les États de la zone.

L’armée française est présente à : N'Djaména (Tchad), Niamey (Niger), Gao (Mali) et à Ouagadougou (Burkina Faso).


Des solutions peu fructueuses et contestées


Malgré la présence de plusieurs forces et opérations militaires -dont Barkhane- la guerre contre le terrorisme est encore loin d’être gagnée au Sahel. Les solutions apportées n’ont apporté que très peu de fruits du fait des nombreuses faiblesses des forces anti-djihadistes : manque de coordination, de moyens, d'engagements ou de formation. De plus, très peu d’efforts sont mis en place pour lutter contre le terrorisme au niveau politique et économique. En effet, la situation politique au Mali, par exemple, favorise la prolifération du terrorisme, tout comme le fort taux de chômage et de pauvreté chez les jeunes de la région.


Les solutions apportées jusque-là sont non seulement peu fructueuses mais aussi très contestées. En effet, la population de la région n’est pas convaincue par les actions menées et remet de plus en plus en cause la présence de forces étrangères telles que la France (Exemple du Mali avec l’opération Barkhane).


En plus des menaces terroristes, les pays sahéliens doivent également faire face à un grand nombre de défis environnementaux et climatiques. Pour répondre à la crise sécuritaire au Sahel, les solutions doivent donc être d’ordre politique, militaire, économique et environnemental. Les Etats du G5 Sahel et leurs alliés vont donc devoir revoir leur stratégie au plus vite, pour relever ces nombreux défis qui sont interconnectés, et avoir l’approbation de leurs populations.


L. Rasidimanana



Pour aller plus loin :


HANNE Olivier, LARABI Guillaume, Jihâd au Sahel : Menaces, opération Barkhane, coopération régionale, Editions Bernard Giovanangeli, 2015, 190 pages.

© 2019 par Regards Contemporains.