Les vingt prochaines années : L’avenir vu par les services de renseignement américains - B. Tertrais

Aujourd’hui nous souhaitons vous propulser dans le futur… en 2035 ! Bruno Tertrais, spécialiste en géopolitique et stratégie, présente un rapport particulier du Conseil national du renseignement américain (NIC), qui tous les quatre ans, se livre à un exercice de prospective afin d’anticiper l’évolution du monde et des relations internationales. La prospective consiste à analyser les tendances politique, militaire, économique et sociale, dans l’objectif de faire des prévisions pour l’avenir et agir en conséquence. La sphère internationale est caractérisée par l’incertitude, ce qui rend la prospective très utile pour mettre en place des stratégies sur le long terme.

Un travail de prospective n’est jamais entièrement fiable, ainsi nous pouvons nous demander : pourquoi prendre au sérieux ce rapport ? Lorsque Donald Trump a pris ses fonctions en 2017, c’est l’une des premières choses qu’il a dû lire, ce qui a un impact potentiel sur la direction que les Etats-Unis vont prendre sur la scène internationale. Cependant, la prospective n’étant pas une science exacte, il est vrai que nous pouvons douter de son utilité.


Les anciens rapports ont parfois mal interprété certains éléments. Par exemple, celui de 1997 qui faisait une prospective pour les années 2010, a négligé les dangers liés au terrorisme, la prolifération nucléaire, les risques de pandémie globale etc. Il avait aussi prévu un changement drastique de régime politique en Corée du Nord, ce qui n’a pas été le cas. Celui de 2000 qui prévoyait les tendances pour 2015 était dans le vrai concernant plusieurs points : il a calculé une augmentation de la population atteignant 7,2 milliards, il a imaginé un monde urbanisé et dominé par les migrations. Par ailleurs, il avait mis en avant les risques de montée du nationalisme en Europe, ainsi qu’une vision peu optimiste sur la situation au Moyen-Orient. Le rapport s’est cependant trompé concernant la croissance de l’économie mondiale, la disponibilité des hydrocarbures et n’a pas su prévoir le virage populiste actuel. Par ailleurs, celui de 2004, s’intéressant aux années 2020, a prédit la formation d’un califat islamique en succession à Ben Laden. Ainsi, même si les rapports ne sont pas cent pour cent fiables, il est tout de même intéressant de les prendre en compte.


Le rapport actuel pour 2035 est peu optimiste. D’après le NIC, depuis 1990 le risque de « conflit majeur » n’a jamais été aussi élevé. Il met surtout en avant le risque d’agression de la part de la Chine ou de la Russie, le terrorisme, les cyberattaques, les crises économiques majeures, les migrations, l’environnement et l’impact des technologies sur le travail. L’un des scénarios va jusqu’à imaginer l’utilisation de l’arme nucléaire par un pays d’Asie du Sud, sûrement le Pakistan. De manière générale, le rapport prévoit huit tendances majeures :

  • Démographique : Il y aura une augmentation de 20% de la population mondiale, ce qui devrait engendrer des migrations. Par ailleurs, les pays n’ayant pas achevé leur transition démographique seront instables (Afrique subsaharienne, Somalie, Yémen, Irak, Afghanistan, Pakistan etc.).

  • Environnemental et sanitaire : La pollution de l’air sera la principale cause de mortalité liée à l’environnement.

  • Économique : Il n’y aura pas de croissance économique forte, sauf pour l’Inde et l’Afrique qui semblent être l’exception.

  • Technologique : Des avancées importantes sont prévues dans le domaine de la robotique, l’intelligence artificielle, la biotechnologie etc.

  • Politique : La multiplication des mouvements populistes remettra en question les fondements des démocraties libérales. On devrait s’attendre à voir un « enfermement communautaire plutôt que le vivre-ensemble ».

  • Gouvernance : La multiplication des acteurs va rendre difficile la gouvernance nationale et internationale.

  • Sécuritaire : L’évolution technologique va multiplier les moyens d’action à distance et seront maîtrisables par des acteurs, autres qu’étatiques, et peu identifiables. Par ailleurs, il prévoit un risque élevé de terrorisme chimique et biologique.

  • Géopolitique.


Pour la période 2035-2037, le rapport met aussi en scène trois scénarios possibles :

  • « Un monde d’archipels » dominé par le protectionnisme et l’isolationnisme. Ce scénario serait positif pour les Etats-Unis, contrairement à la Russie.

  • « Un monde de sphères d’influence » qui serait un retour au XIXe siècle, dominé par l’impérialisme et le nationalisme. Ce serait un scénario plus positif pour la Russie de Vladimir Poutine. Par ailleurs, il prévoit aussi une possible guerre indo-pakistanaise.

  • « Un monde de communautés » où le pouvoir des Etats sera réduit au profit des villes, entreprises, réseaux, associations etc. Ce scénario serait aussi positif pour les pays d’Amérique du nord et engendrerait une diminution des violences au Moyen-Orient.


Ces rapports sont très complets et prennent en compte de nombreuses variables, ce qui vaut la peine d’être lu. Réfléchir sur l’avenir est un exercice intellectuel très intéressant et il faut prendre en compte que ce rapport est le fruit d’un travail d’une grande ampleur qui mobilise 2500 personnes dans 36 pays.


Maintenant, nous vous donnons rendez-vous en 2035 pour faire le point et voir quel chemin le monde a pris !


A. Pellegrino

  • Facebook
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Twitter

© 2019 par Regards Contemporains.