Tout ce que vous avez loupé durant la semaine du 2 au 8 mars 2020


TOUR DU MONDE EN SEPT JOURS

International


Coronavirus :

  • 109 695 contaminations, 60 960 guérisons et 3 802 décès.

  • Italie : Le gouvernement a débloqué 3,6 milliards d’euros, majoritairement pour la région du nord afin d’aider les habitants et entreprises présents dans les zones en quarantaine. Les prélèvements fiscaux, les charges sociales, les factures d’électricité et de gaz sont suspendus. De plus, toutes les entreprises sur le territoire recevront un soutien financier si le chiffre d’affaire baisse d’au moins 25%.

  • Corée du Sud : Ouverture d’une enquête sur l’église Shincheonji de Jésus (200 000 membres), soupçonnée d’être responsable de la rapide propagation du virus dans le pays. Le chef de l’église est accusé d’homicide par négligence. Les autorités pensent que la patiente 31, membre de la secte et considérée comme l’origine de la propagation du virus en Corée, serait responsable de la contamination d’un patient sur cinq. A plusieurs reprises, la patiente a refusé le test du coronavirus et au moment de sa découverte, elle avait déjà été en contact avec des milliers de personnes. Pour les autorités, ce comportement est lié à l’idéologie de la secte qui inculque qu’être malade est un péché car cela empêcherait d’accomplir son devoir envers Dieu.

  • Chine : Alors que l’épidémie semble de plus en plus sous contrôle, le gouvernement craint une nouvelle vague de contamination venue de pays étrangers. Des membres de la diaspora et des voyageurs chinois sont revenus en Chine en ramenant le coronavirus. Un certain nombre de nouveaux cas sont importés d’Italie, d’Allemagne, d’Iran ou du Royaume-Uni. Le gouvernement chinois a ainsi recommandé aux chinois de ne pas voyager et à la diaspora de ne pas revenir en Chine. Par ailleurs, tout voyageur arrivant à Pékin en provenance de pays contaminés (Italie, Japon, Corée du Sud, Iran etc.) doivent rester en quarantaine pendant 14 jours.

  • Education: De nombreux pays ont fermé leurs écoles afin d’endiguer le coronavirus. L’UNESCO alarme sur le fait qu’il y aurait près de 290 millions d’enfants dans le monde qui ne vont plus à l’école.

  • Economie : Flybe, compagnie aérienne britannique, a annoncé cesser toute activité suite à la chute du trafic aérien dans le monde.

  • Etats-Unis : Le Congrès a débloqué 8 milliards de dollars pour contenir l’épidémie et banques américaines ont mis en place les mesures d’urgence en cas de catastrophe sanitaire.

  • Cinéma : La production du nouveau James Bond, No time to die, a annoncé reporter la sortie du film à novembre 2020, en raison de l’épidémie.

  • Sport : L’Euro et les Jeux Olympiques, devant se tenir entre juin et août, sont en suspens.

  • Israël : Les ressortissants de plusieurs pays (France, Allemagne, Suisse, Espagne, Autriche etc.) ne peuvent plus se rendre sur le territoire israélien sauf s’ils ont un lieu pour se mettre en quarantaine.

  • Déchets médicaux : La Chine ne dispose pas suffisamment de centres de traitements spécialisés pour ce type de déchets (masques, blouses, draps d’hôpitaux). Cela pose problème car ces objets infectés par le virus doivent être détruit avec précautions.

→ Retrouvez les cartes sur le Coronavirus, sur la page facebook Le Monde en Cartes !


Femmes :

  • Le Programme des Nations Unies pour le Développement a publié une étude montrant que 9 personnes sur 10 dans le monde ont des préjugés envers les femmes, y compris les femmes. Les femmes sont considérées comme moins compétentes que les hommes pour occuper des fonctions à responsabilité et beaucoup estiment que les hommes devraient être prioritaires pour faire des études ou sur le marché de l’emploi. Ces préjugés sont plus importants au Pakistan, Qatar, Nigeria. Les pays où il y a le moins de préjugés sont Andorre, la Suède et les Pays-Bas. → Tackling social norms : A game changer for gender inequality - Human Development perspectives (UNDP, 2020).

  • Le 8 mars était la journée internationale des droits des femmes. Une journée dédiée à la lutte pour les droits et l’émancipation des femmes dans le monde. → A lire : VOX: Un avant goût de l’avenir des femmes aux Etats-Unis ? → A lire : Les Nations Unies en lutte contre les mutilations génitales féminines.

Europe


Crise à la frontière turque :

  • Des milliers de réfugiés attendent de pouvoir rentrer en Europe à la frontière avec la Turquie. Un réfugié syrien aurait été tué par la police grecque en tentant de rentrer sur le territoire et un enfant est décédé à la suite du naufrage d’une embarcation de migrants près de l’île de Lesbos. Il n’y a eu aucune condamnation des violences policières des gardes frontières grecs, qui ont été félicités pour leur gestion de la situation par le Président du Conseil européen. Les tensions entre réfugiés/migrants et les policiers grecs à la frontière se font ressentir, faisant éclater des heurts.

  • L’objectif de Tayyep Recep Erdogan est d’obtenir le soutien des pays occidentaux en Syrie. Angela Merkel a réagi en affirmant qu’il « est inacceptable que le président Erdogan et son gouvernement expriment leur mécontentement non auprès de nous, en tant qu'Union Européenne, mais sur le dos des réfugiés ». A cela, le Commissaire européen aux migrations a déclaré que « personne ne peut faire chanter l'Union Européenne ». Lors d’un entretien téléphonique avec Angela Merkel, le président turc a réclamé un « juste partage du fardeau ».

  • Rappelons que la Turquie et l’Union Européenne ont signé un accord en 2016 où la Turquie s’est engagée à empêcher les migrants de venir en Europe en échange d’une aide financière et d’une coopération pour améliorer la situation humanitaire en Syrie.

  • Les ministres de l’intérieur de l’Union Européenne ont eu une réunion extraordinaire à Bruxelles afin d’apporter une aide à la Grèce et la Bulgarie, touchés par la décision de la Turquie d’ouvrir ses frontières aux migrants et réfugiés.

  • La Présidente de la Commission européenne, le Président du Conseil et le Président du Parlement se sont rendus à la frontière dans le nord-est de la Grèce avec le Premier ministre grec afin d’apporter le soutien de l’Union Européenne au pays. Des navires de patrouille, des hélicoptères, un avion, 100 garde-frontières, du matériel et des équipements médicaux, ainsi que 700 millions d’euros d’aide financière vont être envoyés en Grèce afin de faire face à cette nouvelle crise migratoire. La Présidente de la Commission a déclaré : «Ceux qui cherchent à tester l’unité de l’Europe seront déçus».

  • Mercredi, le Président Tayyep Recep Erdogan a demandé une aide des européens en Syrie, afin de régler la crise migratoire. L’Union européenne condamne, pour l’instant, l’utilisation de la pression migratoire et appelle la Turquie à respecter les engagements pris dans l’accord de 2016.

  • Le Président Tayyep Recep Erdogan se rendra lundi à Bruxelles afin de régler la crise migratoire et la guerre en Syrie, avec l’Union européenne. Dans la foulée, le Président a appelé la Grèce à se soulager aussi de ce fardeau en ouvrant ses frontières, afin que les migrants aillent dans d’autres pays européens.


France :

  • Environnement : Les sénateurs ont adopté le projet de loi Nouvelle justice pour l’environnement, afin de traiter l’urgence climatique. Ce projet permet l’adaptation du système judiciaire aux questions liées à l’environnement. Concrètement, il s’agit de mettre en place une juridiction spécialisée avec des magistrats dédiés aux questions environnementales telles que la pollution des sols et les infractions aux réglementations liées aux espèces protégées. Ce projet de loi sera présenté en mars à l’Assemblée nationale. → A lire : COP25: un bilan décevant !

  • Lyon : Le Pape François a accepté la démission du cardinal Barbarin. Ce dernier a été jugé pour ne pas avoir dénoncé les agressions sexuelles commises sur des jeunes scouts entre 1971 et 1991, par l’ancien prêtre Bernard Preynat.

Afrique


Afrique du Sud : Un livre controversé a été retiré des ventes le 4 mars: « The Lost Boys of Bird Island », écrit par l’ancien policier Mark Minnie et la journaliste d’investigation Chris Steyn, raconte comment sous l’apartheid, des ministres et des membres haut placés du régime auraient abusé sexuellement de jeunes enfants. Une série de rebondissements et de polémiques entourent ce livre depuis sa publication il y a deux ans, ce qui aura finalement poussé les éditeurs de la maison NB Publishers à prendre cette décision.


Burkina Faso : Le gouvernement français a autorisé l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso, où ce frère de l’ancien président déchu est mis en cause dans l’enquête sur l’assassinat en 1998 d’un journaliste. Le décret d’extradition du frère cadet de Blaise Compaoré, chassé par la rue après vingt-sept ans au pouvoir fin octobre 2014, a été signé par le premier ministre Edouard Philippe, selon l’AFP.


Côte d’Ivoire : Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé jeudi 5 mars à Yamoussoukro qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle en octobre 2020. Après deux quinquennats, le chef de l’Etat âgé de 78 ans a décidé de transférer le pouvoir à une jeune génération.


Ethiopie/Egypte : Les négociations sont toujours dans l’impasse autour du barrage Renaissance, infrastructure construite par l’Éthiopie sur le Nil, qui inquiète l’Égypte et le Soudan à cause de son impact sur leurs ressources en eau. Le soutien de la Ligue Arabe pour l’Egypte, dans les débats, n’a pas plu à l’Ethiopie et a donc accentué les tensions.


Kenya/Somalie : Des affrontements avaient éclaté lundi, au Jubaland, l’un des États fédéraux de la Somalie, entre l’armée nationale et celle du Jubaland. Les violences avaient débordé du côté kényan de la frontière dans la ville de Mandera. Alors que les relations sont tendues depuis des mois entre les deux voisins, Nairobi a accusé Mogadiscio d’avoir violé sa souveraineté territoriale. Les deux pays ont tenté ce jeudi une désescalade : les présidents somalien et kényan se sont mis d’accord pour travailler ensemble à améliorer la sécurité à leur frontière, et former chacun un comité destiné à renforcer leurs relations.


Libye :

  • Après plus de deux ans de service, Ghassan Salamé,le médiateur en chef de l’ONU sur la Libye, a annoncé, lundi 2 mars, sa démission par un simple tweet. Il s’estimait insuffisamment soutenu par la communauté internationale face à l’escalade des ingérences étrangères autour de Tripoli.

  • Mardi 3 mars, le gouvernement de l’Est libyen, non reconnu par la communauté internationale, soutenant le maréchal Khalifa Haftar, a rouvert l’ambassade libyenne à Damas en Syrie, fermée depuis 2012. Cet axe Damas-Benghazi se veut une réponse à la connexion rivale Ankara-Tripoli.


Maroc : Les autorités marocaines ont annoncé le démantèlement, lundi 2 mars, à Sidi Slimane (ouest), d’une cellule composée de quatre « partisans » du groupe Etat islamique (EI).


RDC :

  • Il n’y a plus aucun cas confirmé de fièvre hémorragique Ebola en République démocratique du Congo (RDC), avec la sortie, mardi 3 mars, de la dernière patiente encore hospitalisée dans un centre de traitement, a déclaré l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

  • Selon Greenpeace Afrique, le ministre de l'Environnement congolais, Claude Nyamugabo, a signé neuf contrats de concessions forestières avec deux sociétés chinoises au mois de janvier. L'ONG estime que ces 9 concessions couvrent une superficie de près de deux millions d'hectares dans 5 provinces du pays. Pour le ministère congolais, il ne s'agit que de cession de titres existants. L'ONG demande aux autorités congolaises de rendre publics tous les documents relatifs à ces concessions.


Sahel : Les États-Unis viennent de nommer le diplomate Peter Pham comme nouvel envoyé spécial pour la région du Sahel. C’est un nouveau poste spécialement créé pour lutter contre la multiplication des violences liées à Al-Qaïda et l’organisation État islamique dans la région du Sahel. Peter Pham était jusque-là chargé de la région des Grands Lacs et a pris ses nouvelles fonctions il y a tout juste une semaine.


Somalie : Selon la presse américaine, une « frappe chirurgicale », effectuée le 22 février dernier, a éliminé Bashir Qoorgaab, un haut commandant du groupe islamiste somalien shebab, présenté comme le possible commanditaire de l’attaque contre une base américaine, le 5 janvier, au Kenya.


Soudan : Mercredi, le gouverneur de la banque centrale à Khartoum a annoncé à la presse la levée de l'embargo économique américain imposé sur 157 entreprises et entités.


Tunisie : Vendredi 6 mars, l’Ambassade des Etats-Unis à Tunis a été visé par un attentat-suicide mené par deux assaillants. Un premier bilan, communiqué par le ministère de l’intérieur, faisait état d’un mort et de six blessés : cinq agents et une passante. Les deux assaillants avaient été déjà condamnés pour terrorisme en 2014.


Zimbabwe : Dans un communiqué, Donald Trump a annoncé ce mercredi sa décision de prolonger une nouvelle fois les sanctions des États-Unis contre le Zimbabwe, mises en place en 2003, en réponse à la répression sanglante infligée aux opposants. Une centaine de ses ressortissants et entités juridiques sont concernés. Le président américain justifie sa décision par le manque de volonté des autorités zimbabwéennes à mener des réformes pour sortir le pays de la crise. Donald Trump évoque également des meurtres extrajudiciaires et viols commis par les forces de sécurité du pays.

Moyen-Orient


Israël : Un scrutin pour des élections législatives s’est tenu lundi. C’est le 3em en moins d’un an, les deux premiers n’ayant pas permis de désigner un vainqueur. Il semblerait que la grande victoire annoncée par Benyamin Netanyahou soit plus serrée. Le likoud (parti du premier ministre) a remporté 36 députés mais n’a pas obtenu la majorité absolue. Ce qui met le premier ministre face une opposition importante au Parlement, qui possède 33 sièges.


Turquie : L’offensive militaire turque, Bouclier du Printemps, lancée contre le régime de Bachar al-Assad aurait visé 2 avions militaires syriens. Avant cela, 90 soldats du régime syrien et de groupes alliés à Damas ont été tués par des frappes turques, en réponse aux agissements du régime. Le ministre turc de la défense a déclaré ne pas vouloir de confrontation militaire avec la Russie (alliée de Bachar al-Assad) et attend que Moscou fasse pression sur Damas afin de mettre un terme aux attaques contre les forces turques. Le ministre de la défense russe a de son côté annoncé que la Russie n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des avions turcs en Syrie.


Syrie :

  • Les forces armées ont repris la ville de Saraqeb, anciennement prise par des groupes rebelles appuyés par la Turquie. La Russie a annoncé déployer la police militaire dans cette ville.

  • Rencontre jeudi entre Vladimir Poutine et Tayyep Recep Erdogan à Moscou : Un accord a été conclu pour un cessez-le-feu à Idleb. Cependant, la Turquie se réserve le droit à toute riposte en cas d’agression de la part des forces armées syriennes. L’Union européenne a salué cet accord et a annoncé une aide humanitaire de 60 millions d’euros destiné à la région.

  • Le Conseil de Sécurité de l’ONU a refusé de valider la déclaration proposée par la Russie sur l’accord conlu avec la Turquie dans la région d’Idleb. Les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et d’autres membres ont reproché au texte de ne pas être suffisament précis et de ne pas avoir fait mention du droit humanitaire international.


Irak : Le premier ministre renonce à former un gouvernement, après que le Parlement ait refusé sa proposition de gouvernement. Selon lui, les partis politiques aggravent la crise en entravant ses actions. Aujourd’hui, le Président a 15 jours pour proposer un nouveau premier ministre. Rappelons que le contexte social est tendu depuis 5 mois et la présence américaine fait débat. Deux roquettes ont par ailleurs été lancées dans la zone verte près de l’ambassade américaine en début de semaine.


Afghanistan :

  • Deux jours après l’accord passé avec les Etats-Unis, les talibans ont annoncé reprendre leur offensive contre l’armée afghane : « Conformément à l'accord [américano-taliban], nos moudjahidines n'attaqueront pas les forces étrangères, mais nos opérations continueront contre les forces du gouvernement de Kaboul ». L’objectif des talibans est l’instauration d’un gouvernement islamique.

  • Donald Trump et le négociateur des talibans, Mullah Baradar, se sont entretenus par téléphone. Donald Trump a déclaré : « Nous avons eu une bonne conversation. Nous sommes d’accord pour dire qu’il n’y a pas de violence. Nous ne voulons pas de violence. Nous verrons ce qui se passera… Nous avons eu une bonne conversation avec le leader des talibans ».

  • Les talibans ont déclaré être prêt à rencontrer les autorités afghanes, uniquement pour régler la question de la libération des prisonniers.

  • La Cour Pénale Internationale (CPI) ouvre une enquête en Afghanistan pour crimes de guerre. L’enquête sera menée sur toutes les forces armées présentes sur le territoire, c’est à dire : les talibans, l’armée afghane et les troupes de la coalition internationale, dont celles des Etats-Unis. Le gouvernement afghan s’oppose à cette décision, estimant que seule la justice afghane est compétente pour mener une telle enquête. Les Etats-Unis s’opposent aussi à cette décision, Donald Trump ayant tenté pendant plusieurs mois d’intimider les juges et procureurs de la Cour en les menaçant de sanctions (privation de visa, gèle des fonds). Rappelons que les Etats-Unis avaient refusé de signer le Statut de Rome instituant la CPI. Par ailleurs, une autorisation a été délivrée pour poursuivre les responsables des crimes perpétrés dans les prisons secrètes de la CIA (Lituanie, Pologne, Roumanie).

  • Samedi, l'État Islamique a revendiqué un attentat à Kaboul, dans un rassemblement politique dédié à la commémoration de la mort d’Abdul Ali Mazari, un homme politique issu de la minorité hazara (chiite).


Iran :

  • Amnesty International accuse les forces de sécurité iraniennes d’avoir tué au moins 23 enfants pendant les protestations anti-gouvernementales qui ont eu lieu en novembre 2019.

  • Reuters (agence de presse) a dévoilé des documents indiquant que la compagnie chinoise Huawei aurait violé l’embargo américain sur le commerce avec l’Iran. Huawei aurait utilisé la société Panda International afin de couvrir la vente de matériel informatique américain à l’Iran. Rappelons que la directrice financière de Huawei a été arrêtée au Canada en 2018 pour une enquête sur d’éventuelles exportations vers l’Iran et que les procédures judiciaires sont toujours en cours.


Arabie Saoudite : Trois membres de la famille royale auraient été arrêtés pour complot. Ils auraient tenté de mettre en place un coup d’Etat afin de renverser le Prince héritier Mohammed ben Salmane.


Liban : Le premier ministre a annoncé suspendre le remboursement d’une dette de 1,2 milliard de dollars, afin de répondre aux besoins de première nécessité, réclamés par la population.

Asie-Pacifique


Corée du Nord : D’après Séoul, la Corée du Nord aurait tiré deux projectils non identifiés en direction de la mer. Le ministre sud-coréen de la défense a déclaré que « l'armée surveille d'éventuels autres lancements et se tient prête ».


Ouzbékistan : Rencontre du Président Shavkat Mirziyoyev avec Yang Jiechi, membre politique du Bureau du Parti Communiste chinois. Les deux pays ont réaffirmé leur engagement pour renforcer leurs liens.


Chine : Le gouvernement chinois condamne l’oppression politique menée par les Etats-Unis sur les journalistes chinois, en les considérant comme des agents étrangers. Le gouvernement américain a annoncé lundi qu’il restreindrait le nombre de citoyens chinois autorisé à travailler pour les cinq groupes médiatiques chinois désignés comme étant des missions étrangères.

Amériques


Amérique latine : Alors que les autorités sanitaires des différents pays latino-américains émettaient les premières alertes concernant le coronavirus, celui-ci affronte un autre type d’épidémie, bien plus alarmant : celui de la dengue. Selon l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), à la date du vendredi 6 mars, depuis le début de l’année, 569 400 personnes ont été touchées et 118 sont mortes du fait de cette maladie infectieuse transmise par des moustiques du genre Aedes.


Colombie : La Cour constitutionnelle a fait savoir, lundi 2 mars, qu’elle refusait de se prononcer sur la dépénalisation complète de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le régime actuel reste donc en vigueur : les femmes ont le droit d’avorter en cas de viol, de grave malformation du fœtus ou de danger pour la vie ou la santé de la femme enceinte.


Etats-Unis :

  • La Cour suprême examine une loi de Louisiane sur l’avortement. La plus haute juridiction américaine doit décider si celle-ci respecte la Constitution américaine. Cette loi, datant de 2015, oblige les médecins pratiquant les avortements à obtenir une autorisation d’exercer dans un hôpital à moins de 50km du lieu d’intervention. L'État de la Louisiane est conservateur et il y a actuellement plus que 3 cliniques pratiquant des avortements. Ainsi, cette loi rendrait plus difficile le recrutement de médecins. L’Etat a justifié cette loi en soutenant qu’il s’agit de protéger les femmes en assurant une admission de celles-ci à l’hôpital en cas de complications. En 2016, la Cour suprême avait rejetée une loi similaire au Texas, cependant aujourd’hui la composition de la Cour est différente puisque Donald Trump a placé des juges conservateurs et anti-avortement. Si cette loi n’est pas jugée anticonstitutionnelle, elle ferait reculer les droits des femmes puisque dans la pratique, elles ne pourraient plus exercer leur droit. → A lire : VOX: Un avant goût de l’avenir des femmes aux Etats-Unis ?

  • L’agence de l’ONU chargée de la propriété intellectuelle élit les 4 et 5 mars son directeur général. Après avoir vu d’autres organisations passer sous-direction chinoise, Washington veut empêcher l’élection de la candidate de Pékin.

  • Donald Trump a remplacé son chef de cabinet par un de ses alliés à la chambre des représentants.

  • La commission des transports du Congrès américain a remit un rapport accablant Boeing et l’agence fédérale de l’aviation américaine sur le 737 MAX, qui a causé une série de crash, faisant 346 morts.


Election présidentielle des Etats-Unis - 2020 #etatsunis2020


Candidats démocrates : Joe Biden, Bernie Sanders, Tulsi Gabbard.

Candidats républicains : Donald Trump, Bill Weld.


Dates des primaires :


3 février - Caucus de l’Iowa

Démocrates : Après un retard de près de 24h dans la publication des résultats, en raison d’incohérences, Pete Buttigieg est nommé vainqueur de ce caucus avec 26,9% des voix, suivi de Bernie Sanders (25,1%). Ce retard suscite énormément de questionnements et d’inquiétudes sur une possible tricherie, théorie soutenue par le camp des républicains.

Républicains : Donald Trump remporte les élections avec 31 424 votes.


Joe Walsh se retire de sa campagne pour l’investiture du Parti Républicain après avoir obtenu 1,1% des votes dans l’Iowa.


11 février - New Hampshire

Démocrates : Bernie Sanders remporte les primaires du New Hampshire avec 25,6% des voix, suivi de très près par Pete Buttigieg (24,3%).

Républicains : Donald Trump sort victorieux avec 85,7% des votes.


→ 11.02.2020: Andrew Yang et Michael Bennet abandonnent la course à la maison blanche.

→ 12.02.2020: Deval Patrick abandonne la campagne.


22 février - Nevada

Démocrates : Bernie Sanders remporte le caucus du Nevada avec 46,6% des votes, suivi par Joe Biden (19,2%). Républicains : Le parti républicain de l'Etat a annulé les primaires, la victoire étant attribuée à Donald Trump.


29 février - Caroline du Sud

Démocrates : Joe Biden est vainqueur avec 48,4%, suivi par Bernie Sanders (19,9%).

Républicains : Le parti républicain de l'Etat a annulé les primaires, la victoire étant attribuée à Donald Trump.


→ 29.02.2020 : Tom Steyer abandonne sa campagne après les derniers résultats électoraux.

→ 01.03.2020 : Pete Buttigieg abandonne les primaires malgré sa victoire au caucus de l’Iowa, ne réussissant pas à attirer l’électorat afro-américain : « Nous devons reconnaître qu'à ce stade de la course, la meilleure façon de rester fidèle à nos objectifs est de se retirer et d'aider à rassembler notre parti et notre pays ». Il était le candidat le plus jeune et le premier ouvertement homosexuel à se présenter pour des élections présidentielles.

→ 02.03.2020 : Amy Klobuchar abandonne les primaires à son tour et apporte officiellement son soutien à Joe Biden, contrairement à Pete Buttigieg qui n’a donné aucune consigne de vote après son retrait.


3 mars - Super Tuesday

Démocrates : Les primaires démocrates se jouent entre Joe Biden (660 délégués) et Bernie Sanders (586 délégués). Joe Biden a remporté les Etats du Texas, l’Alabama, l’Arkansas, le Maine, le Massachusetts, le Minnesota, North Carolina, l’Oklahoma et le Tennessee. Bernie Sanders a remporté la Californie, le Colorado, l’Utah et le Vermont. Notez que la Californie est un État décisif car il concerne 415 délégués. Républicains : Donald Trump a remporté tous les Etats du super tuesday.


→ 04.03.2020 : Michael Bloomberg abandonne suite à ses faibles scores au Super tuesday et a annoncé son soutien officiel à Joe Biden.

→ 05.03.2020 : Elizabeth Warren abandonne sa campagne pour la présidence, sans préciser son soutien à un autre candidat. Tulsi Gabbard est aujourd’hui la dernière femme présente dans la course pour la maison blanche.


10 mars - Idaho, Michigan, Mississippi, Missouri, North Dakota, Washington

13 mars - Hawaii

14 mars - Guam

15 mars - Northern Mariana Islands

17 mars - Floride, Illinois, Ohio

18 mars - American Samoa

24 mars - Georgia


Conventions :

13 au 16 juillet : Convention démocrate.

24 au 27 août : Convention républicaine.


Débats:

29 septembre : 1er débat présidentiel.

7 octobre : Débat des candidats à la vice-présidence.

15 octobre : 2em débat présidentiel.

22 octobre : 3em débat présidentiel.


⇒ 3 novembre 2020 : élection présidentielle.


  • Facebook
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Twitter

© 2019 par Regards Contemporains.